News
Les Partenaires
Les Ecoles
La Presse
Médiathèque
Livre de bord
Livre de bord
News-letter
Le Projet
Le Skipper Le bateau
PORNICHET SELECT 6.50

  • Du 29 avril au 4 mai 2006
  • 6ème édition
  • 300 milles en solitaire sans escale
  • Pornichet – Yeu – Port Bourgenay – Groix – Pornichet
  • Site : www.asso.ffv.fr/cnbpp
  • Traditionnellement, les premiers milles sont les plus tactiques, jusqu’à l’embouchure de la Vilaine, avant une longue descente sur la bouée d’eau saine de Port Bourgenay, puis une non moins longue remontée, souvent au près, jusqu’à Groix.

    C’est là que la fatigue se fait le plus ressentir. On grappille quelques minutes de sommeil, mais il faut tenir, arrondir Quiberon, Houat et le plateau du Four, avant d’entrer dans la baie de La Baule.

    Une course dure et splendide, qui donne pour beaucoup, le ton de la saison.

    Trophée Marie Agnès Péron

  • Du 25 au 28 mai 2006
  • 1ère édition
  • 200 milles en solitaire sans escale
  • Douarnenez – Douarnenez
  • Site : www.winchesclub.com
  • 200 milles en Mer d'Iroise, entre Douarnenez, Sein, les Glénans et Ouessant.... Roches et forts courants ...Tous les ingrédients d' une régate passionnante.

    Parcours pas encore défini

    Entrainements et mise au point sur la zone maritime du Tréport

  • De juin à Novembre 2006
  • Infos sur le site
  • PORNICHET SELECT 6.50

  • Fin avril 2007
  • 7ème édition
  • 300 milles en solitaire sans escale
  • Pornichet – Yeu – Port Bourgenay – Groix – Pornichet
  • Site : www.asso.ffv.fr/cnbpp
  • Traditionnellement, les premiers milles sont les plus tactiques, jusqu’à l’embouchure de la Vilaine, avant une longue descente sur la bouée d’eau saine de Port Bourgenay, puis une non moins longue remontée, souvent au près, jusqu’à Groix.

    C’est là que la fatigue se fait le plus ressentir. On grappille quelques minutes de sommeil, mais il faut tenir, arrondir Quiberon, Houat et le plateau du Four, avant d’entrer dans la baie de La Baule.

    Une course dure et splendide, qui donne pour beaucoup, le ton de la saison.

    MINI PAVOIS

  • Mai 2007
  • 4ème édition
  • 700 milles en solitaire avec escale
  • La Rochelle – Portsmouth – Saint Quay Portrieux
  • Site : www.transat650.org
  • L’autre sommet de la saison avant la Transat 6.50. Près de 700 milles en solitaire dans les eaux difficiles de l’Atlantique et de la Manche avec comme passages obligés, le ras de Sein, le passage du Four, une première traversée de la Manche, la côte anglaise avec ou contre les courants et une arrivée de première étape dans le prestigieux Solent.

    Après quelques repos à Portsmouth, la flotte partira pour un sprint vers la baie de St Brieuc en passant à l’extérieur des anglo-normandes. St Quay Portrieux accueillera une nouvelle fois les Minis de manière chaleureuse comme à son habitude.

    L’analyse météo, la connaissance des courants, la résistance physique et morale, la clairvoyance tactique, la maîtrise totale du bateau en font un magnifique galop d’essai pour la Transat 6.50.

    Trophée Marie Agnès Péron

  • Fin mai 2007
  • 2ème édition
  • 200 milles en solitaire sans escale
  • Douarnenez – Douarnenez
  • Site : www.winchesclub.com
  • 200 milles en Mer d'Iroise, entre Douarnenez, Sein, les Glénans et Ouessant.... Roches et forts courants ...Tous les ingrédients d' une régate passionnante.

    Parcours pas encore défini

    MINI FASTNET

  • Fin juin 2007
  • 22ème édition
  • 700 milles en double sans escale
  • Douarnenez – Phare du Fastnet – Douarnenez
  • Site : www.winchesclub.com
  • C’est l’épreuve de légende du circuit Mini, depuis le temps que les 6.50 vont virer le mythique phare du Fastnet, en mer d’Irlande, le Mini Fastnet est une course que tout ministe se doit d’inscrire à son programme.

    Cette grande classique du circuit mini a pris ses quartiers au bout du Finistère, à Douarnenez, depuis 4 ans. Pour ceux qui ne connaissent pas encore l’ambiance offerte par les bénévoles du Winches Club, le détour par « Douarn » est indispensable. Lorsqu’on a goûté à l’accueil et l’enthousiasme douarnenistes, on ne peut que souhaiter y revenir.

    En mer, le programme est aussi alléchant que l’ambiance à Douarnenez : du près, du portant, du soleil, de la pluie, de la brise, de la pétole, ce parcours est capable de tout proposer.

    A ne manquer sous aucun prétexte ! D’autant plus que cette course affiche depuis deux éditions plus de 80 minis au départ.

    Un rien impressionnant, un rien passionnant pour tous les coureurs.

    TRANSGASCOGNE

  • Fin juillet 2007
  • 11ème édition
  • 580 milles en double avec escale
  • Port Bourgenay – Gijon (Espagne) – Port Bourgenay
  • Site : www.transgascogne.com
  • Cette épreuve incontournable du circuit permet à de nombreux concurrents de disputer la dernière course de la saison avant le grand départ de la Transat 6.50.

    Au départ de Port Bourgenay, les voiliers s’élanceront en direction de Belle Ile avant de redescendre vers les côtes espagnoles : un parcours de 450 milles traversant le Golf de Gascogne jusqu’au port de Gijon qui les accueillera dans une ambiance chaleureuse.

    Après une escale de quelques jours, la seconde étape les conduira directement vers Port Bourgenay.

    Cette course est l’ultime occasion pour les futurs participants à la Transat 6,50 de tester, en course, les dernières modifications de leurs bateaux et pour les autres de se frotter à ceux qui traverseront l’Atlantique en solitaire.

    Un parcours technique et sélectif qui permet à tous de s’adapter aux rythmes spécifiques de la course au large et de mieux appréhender les contraintes de la vie en mer à bord d’un Mini.

    TRANSAT 6.50

  • Septembre 2007 : les 30 ans de cette course !!!
  • 4200 milles en solitaire avec escale
  • La Rochelle – Puerto Calero(Lanzarote, Canaries) – Salvador de Bahia (Brésil)
  • Site : www.transat650.org
  • Sans la Transat 6.50 ou Mini Transat, la classe Mini n’existerait pas. Il faut dire que l’événement est à la hauteur des rêves océaniques de chaque skipper. L’océan pour soi tout seul sur des machines exceptionnelles par les sensations qu’elles procurent et par leurs aptitudes marines.

    Pour la troisième fois consécutive, le départ est donné de La Rochelle pour arriver à Salvador de Bahia.

    4200 milles en deux étapes avec au programme le Golfe de Gascogne et ses pièges venteux du mois de septembre, l’alizé portugais puis la pétole entre Gibraltar et les Canaries. A moins que la surprise soit au rendez-vous, comme les dernières années et réserve l’improbable aux coureurs.

    Qu’importe, le rêve est devenu réalité et seul compte l’aventure et la course.

    Après les Canaries, les conditions réservent moins de surprise avec un alizé établi jusqu’au Cap Vert, le Pot-au-noir plus ou moins large avec sa pétole et ses gros nuages noirs, puis un long bord de reaching plus ou moins serré dans l’alizé du sud-est.

    Un beau programme avant d’arriver dans la baie de tous les Saints où la Samba et la caïpirinha récompensent tous ceux qui on atteint le but.

    Par son histoire, son ambiance, par ses valeurs, elle n’a aucun équivalent dans le monde et c’est pour cela que les 72 places qu’elle réserve sont d’autant plus disputées.